Sous-traitants mal traités

Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux secouent Astek, une entreprise de services informatiques de Sophia Antipolis, dans le Sud-Est de la France. Les salariés, employés en « prêt de main-d’œuvre », dénoncent une dégradation généralisée des conditions de travail.

Un mouvement social à Valbonne Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), dans la plus importante technopole française, est chose rare. Pourtant, depuis plusieurs mois, les salariés d’Astek Sud-Est, une des sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) d’un groupe de 2 150 salariés, ont organisé grèves et manifestations pour réclamer le « respect du droit du travail » et « une répartition plus juste des bénéfices ». « C’est du jamais vu dans cette entreprise », explique Mathieu Glasson, développeur,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.