Vite, une alliance rose-rouge-vert !

L’aile la plus à gauche du PS estime que seul le retour d’une gauche plurielle pourra influencer la politique de François Hollande. Un pari audacieux.

Un pour tous et tous contre Hollande. Ce week-end, pendant que Jean-Luc Mélenchon défendait sa conception de « l’autonomie conquérante » (voir ci-contre), le courant le plus à gauche du PS, réuni dans l’Essonne, n’avait qu’un mot à la bouche : l’unité. Devant 250 militants socialistes ravis, les invités, Jean-Vincent Placé (EELV), Christian Picquet (Gauche unitaire) ou Pierre Laurent (PCF), ont dit tout le mal qu’ils pensaient de la politique gouvernementale. Le chef des communistes s’est même payé le luxe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents