Ayrault s’enfonce dans la spirale libérale

Le gouvernement veut maintenir le cap de l’austérité et de la soumission aux marchés financiers malgré un avis de tempête sociale.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault est pris au piège de sa propre politique d’austérité. Quinze milliards d’euros d’économies pour 2014, et « il faudra porter notre ambition encore plus loin », a affirmé le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve. Vendredi, la Commission européenne, chargée de la surveillance des budgets nationaux, réitérera la nécessité de durcir cette politique en réclamant de nouvelles réformes structurelles de l’État et de la protection sociale. La mise en garde, très idéologique, des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents