Prostitution: l’étrange défense d’Élisabeth Badinter

Pauline Graulle  • 19 novembre 2013 abonné·es

Badinter, toujours du bon côté du manche. Dans une interview au monde.fr publiée ce mardi (à lire ici), Élisabeth Badinter se positionne contre la loi de pénalisation des clients de la prostitution.

Lire > Prostitution : ce que changera la loi

Les arguments qu’elle avance sont, sinon douteux, du moins très étranges… _ 1. Ainsi, pour Badinter, « l'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus » . La prostitution ne serait donc qu’une « activité » comme une autre ? La philosophe étaye sa conception ultralibérale au nom du féminisme. Interdire aux prostituées « de faire ce qu'elles veulent avec leur corps serait revenir sur un acquis du féminisme qui est la lutte pour la libre disposition de son corps » , affirme-t-elle. Les féministes n’ont-elles jamais lutté, aussi, pour que la sexualité soit libre et consentie ? _

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 2 minutes