Rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires déclenche un mouvement national ce jeudi.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après une grève parisienne le 12 novembre, la réforme des rythmes scolaires déclenche un mouvement national ce jeudi, associant enseignants et personnels municipaux. « 93,5 % des villes sont sans difficultés », a tenté le ministre Vincent Peillon, le 8 novembre. Les 6,5 % restants doivent être très en difficulté à en croire les prévisions : plus de 65 % de grévistes attendus, d’après le Snuipp. Mais le mouvement n’est pas unitaire : seules des fédérations départementales appellent à la grève. Parmi les agents municipaux, les revendications portent surtout sur les indemnités et la formation. La FCPE, elle, martèle son attachement à la semaine de 4,5 jours. Certains réclament une table ronde. D’autres le retrait de la réforme. D’aucuns à gauche redoutent d’être confondus avec ceux qui, à droite, sont en guerre contre la réforme : la pétition Pécresse-Fourgous a recueilli plus de 10 000 signatures.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents