Y a rien à débattre !

Le conseil national du PS qui s’est tenu samedi s’est contenté d’avaliser les listes européennes, âprement négociées entre courants, en l’absence des ministres du gouvernement.

Michel Soudais  • 21 novembre 2013 abonné·es

Commencé avec quarante minutes de retard, le conseil national du Parti socialiste s’est achevé avec vingt minutes d’avance sur l’horaire prévu. Rarement cette instance aura autant usurpé son surnom de « parlement du PS ». En deux petites heures et trente minutes, les rares présents ont approuvé la composition des listes que le parti présentera aux élections

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes