Centrafrique : Une intervention désintéressée, vraiment ?

En moins d’un an, la France sera donc intervenue à deux reprises sur le continent africain. Tourner la page de la Françafrique ne semble pas si simple, surtout quand l’économique rejoint l’humanitaire.

Hasard de calendrier ? Tandis qu’à l’Élysée se tenait le sommet pour la sécurité et la paix en Afrique, réunissant une quarantaine de chefs d’État africains, Paris annonçait le début de l’intervention en Centrafrique, et ce moins d’un an après l’opération au Mali. Il n’en fallait pas plus pour que le spectre de la Françafrique ressurgisse. Pourtant, François Hollande l’avait martelé pendant sa campagne et réaffirmé une fois au pouvoir : « Lui président », la Françafrique appartiendrait au passé. Mais bâtir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.