Ces tabous qu’il faudrait « briser »…

Un livre à paraître en janvier accuse le Front de gauche d’être sous l’emprise du « politiquement correct » et de « faire le jeu du FN » en refoulant les idées de sortie de l’euro, de souveraineté nationale et de protectionnisme économique. Une pente glissante et un faux problème.

Marion Rousset  • 19 décembre 2013 abonné·es

Les briseurs de tabous prospèrent sur la scène politique. Au PS comme à l’UMP, des hérauts du « parler-vrai » empruntent au FN sa prétention à la transgression. Avec eux, les interdits sautent, les complexes disparaissent. Le Front de gauche, qui avait jusqu’alors résisté à cette lame de fond, se laisserait-il gagner à son tour par le lexique psychanalytique ? C’est en tout cas la brèche dans laquelle s’engouffre Aurélien Bernier, auteur de la Gauche radicale et ses tabous [^2], à paraître en janvier. Ce membre du M’PEP (Mouvement politique d’émancipation populaire), fondé par des anciens d’Attac, en est convaincu : le PG et le PC sont responsables de leur échec face au FN.

Comment la gauche de rupture se débrouille-t-elle pour ne pas récolter davantage les dividendes de la crise économique et financière ? À la présidentielle, malgré un score à deux chiffres, Jean-Luc Mélenchon est largement doublé par Marine Le Pen, qui monte à près de 18 % au

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 10 minutes