Chine : De la «rééducation par le travail» aux «prisons noires»

Le 15 novembre dernier, le gouvernement chinois annonçait la fermeture de ses «camps de rééducation par le travail» . L’abolition de ce système tristement célèbre, qui a permis l’enfermement de centaines de milliers de personnes, est a priori une excellente nouvelle pour les droits de l’Homme. Dans une synthèse publiée ce mardi 17 décembre, Amnesty International dénonce ce qui ne serait qu’un «changement symbolique» . En effet, les «prisons noires» ou lieux de détention officieux pour pétitionnaires, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents