Derrière PISA, le modèle OCDE

Cette institution érige en vertu le « tout-marchand » et la « performance » des systèmes éducatifs dans un monde concurrentiel.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les résultats de la dernière enquête Pisa sur le suivi des acquis des élèves ont été repris sans le moindre commentaire sur son auteur : l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Or, cette institution, qui érige en vertu le « tout-marchand », décrit Pisa comme la référence de « l’économie mondialisée », destinée à « favoriser l’excellence » et la « performance » des systèmes éducatifs dans un monde concurrentiel. Cette grande idée ultralibérale est développée à longueur de rapports de l’OCDE sur l’éducation. Pas étonnant que des paradis économiques et fiscaux comme Shanghai, Singapour, Hong Kong, Macao, le Liechtenstein et la Suisse soient en tête du classement. Et que la France, avec son système public, soit ringardisée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents