Fralib : l’avenir en coopérative

Depuis trois ans, les salariés de Fralib luttent pour relancer la production de thés et d’infusions sur le site de Gémenos. Leur projet est jugé viable, mais le groupe Unilever s’obstine à le contrecarrer.

Thierry Brun  • 5 décembre 2013 abonné·es
Fralib : l’avenir en coopérative

Dans la zone d’activité de la plaine de Joucques, à Gémenos (Bouches-du-Rhône), les vastes bâtiments du site de la Française d’alimentation et de boissons (Fralib) en imposent. La plateforme de conditionnement de thés et d’infusions, capable de produire pour l’Europe entière, a pourtant été abandonnée par le groupe agroalimentaire anglo-néerlandais Unilever. Les locaux sont presque aussi impressionnants que ceux, juste en face, de Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique. Le site de Fralib est surtout repérable par les bombages « Fralib à Gémenos », « Fralib vivra. Non à la fermeture », et par le grand logo de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail Économie
Temps de lecture : 7 minutes