La crise sanitaire, l’autre crise écologique

La pollution et le développement ont entraîné une pandémie ignorée, affirme le toxicologue André Cicolella.

Le paludisme ? Le sida ? Non, ce ne sont pas les maladies infectieuses qui tuent le plus dans le monde. Les deux tiers des décès sont dus aux pathologies chroniques, qui s’installent dans la durée, handicapent et évoluent lentement. Cancers, affections respiratoires, maladies cardiovasculaires, diabètes… Le nombre de cas explose – en France, quatre à cinq fois plus vite que la démographie. C’est l’un des principaux défis du siècle, soulignait l’Assemblée générale de l’ONU en 2011. Les institutions…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.