La crise sanitaire, l’autre crise écologique

La pollution et le développement ont entraîné une pandémie ignorée, affirme le toxicologue André Cicolella.

Patrick Piro  • 19 décembre 2013 abonné·es

Le paludisme ? Le sida ? Non, ce ne sont pas les maladies infectieuses qui tuent le plus dans le monde. Les deux tiers des décès sont dus aux pathologies chroniques, qui s’installent dans la durée, handicapent et évoluent lentement. Cancers, affections respiratoires, maladies cardiovasculaires, diabètes… Le nombre de cas explose – en France, quatre à cinq fois plus vite que la démographie. C’est l’un des principaux défis du siècle, soulignait l’Assemblée générale de l’ONU en 2011. Les institutions affirment depuis longtemps tenir les coupables : nos modes de vie, plombés par le tabagisme, le manque d’activité physique, l’abus alcool et la mauvaise alimentation. Bref, la faute au comportement des individus. Problème : cela n’explique rien dans un grand nombre de cas, réplique André Cicolella. Pourquoi tant de jeunes touchés ? D’où viennent la forte chute de la fertilité masculine, les formes nouvelles de perturbation du système endocrinien, la généralisation des maladies respiratoires et allergiques, le développement des pathologies mentales ?

Explication de l’auteur : les thèses officielles occultent les facteurs environnementaux – cause de deux cancers sur trois, avancent certaines études. Particules fines émises par le diesel, dizaines de milliers de molécules chimiques disséminées dans l’air, l’eau, les sols… La pollution est au premier rang. Mais il y a aussi la nourriture ultra-transformée, les atteintes du milieu urbain, l’exposition dans le monde du travail, les inégalités sociales, le dérèglement climatique, etc. L’infatigable André Cicolella, lanceur d’alerte depuis vingt ans et président du Réseau environnement santé (RES), ne s’arrête pas au constat – tardif – de l’ONU. Sa thèse, au cœur de cet ouvrage : la cause profonde de l’explosion des maladies chroniques réside dans les errements du modèle de développement de nos sociétés. Nous vivons une crise sanitaire globale aussi révélatrice que les crises écologique, alimentaire ou économique. L’os est touché, ce qui expliquerait le déni généralisé. Des autorités impuissantes devant l’effondrement de systèmes de santé surendettés et inadaptés à la pandémie en cours. Des élites sanitaires accrochées au modèle des maladies infectieuses, inopérant face à des mécanismes qui apparaissent centraux dans de nombreuses maladies chroniques : faibles expositions sur le long terme, relation complexe entre les doses reçues et les effets, exposition simultanée à de multiples facteurs…  Pour l’auteur, le chantier nécessite une révolution de santé publique. Et il regrette à demi-mot qu’elle ne soit pas identifiée comme une composante majeure du projet de la transition écologique de ses amis d’EELV. Toxique planète, une question politique secondaire ?

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi