Mathieu Hanotin, l’ambition au programme

Après avoir ravi un siège de député à Patrick Braouezec, ce protégé de Claude Bartolone brigue la mairie de Saint-Denis.

Pauline Graulle  • 5 décembre 2013 abonné·es

Un triplé gagnant en Seine-Saint-Denis ? Mathieu Hanotin en rêve. Après une première victoire inattendue aux cantonales de 2008, le tombeur de Patrick Braouezec aux législatives de 2012 s’est donné un nouveau défi : Saint-Denis. Communiste depuis toujours, c’est aussi la seule ville française de plus de 100 000 habitants restée aux mains du PCF. C’est dire si l’enjeu est de taille.

Attablé dans l’un des rares restaurants huppés du centre-ville, le candidat socialiste, 35 ans, devenu en quelques années l’ennemi juré des communistes locaux, défend donc bec et ongles son projet. Oui, la « ville des sans » doit devenir « intense et harmonieuse » (son slogan de campagne). Quitte à en passer par une réorganisation du logement social et par l’augmentation du nombre de policiers municipaux. Oui, les communistes ont fait leur temps et il faut refermer la parenthèse Stade de France. Et non, il n’est pas le lieutenant servile de Bartolone, son père putatif en politique et grand manitou du 93, qui a placé ses pions de la « jeune génération » :

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
L'OPA du PS sur la banlieue rouge
Temps de lecture : 6 minutes