« À ciel ouvert », de Mariana Otero : Leçons d’enfants

Dans la relation établie avec les pensionnaires du Courtil, Mariana Otero engage sa morale de cinéaste.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ils ont entre 4 et 16 ans et sont pensionnaires au Courtil. Ils vivent encadrés par des intervenants, au rythme des jours et des nuits, des repas et des jeux, des promenades et des ateliers, qui sont des moments de travail sur eux-mêmes sans que cela apparaisse comme tel. Parmi eux, Evanne, Amina, Lena, Alyson et Jean-Hugues sont entrés en dialogue avec la caméra de Mariana Otero. La réalisatrice s’est immergée au Courtil, faisant corps avec sa caméra, devenant elle-même un personnage de son documentaire, filmant ces enfants au gré de leurs activités et de leur évolution. À ciel ouvert, documentaire avec des enfants atteints de troubles psychiques, est pourtant réjouissant. Non que Mariana Otero soit parvenue à édulcorer ou, au contraire, à magnifier ce qu’il est convenu d’appeler la folie. Mais, comme avec tous les sujets dont elle s’empare, elle a d’abord soigneusement choisi le cadre dans lequel elle allait pouvoir réaliser son film. D’où la « révélation » de cet endroit extraordinaire, le Courtil, situé à la frontière franco-belge, fort connu dans le milieu psy mais peu en dehors. Plus encore : ces enfants, si peu « normaux » qu’ils soient, tous attachants, se battant contre des jouissances vertigineuses et des puits sans fond, nous renvoient des questions essentielles. Ainsi, quand ils participent à l’atelier dénommé « semblant », se mettant en scène pour raconter une petite histoire qui opère comme un miroir de leur propre situation, ne nous rappellent-ils pas notre besoin fondamental de représentation de nous-mêmes ? Eux, dégagés de toute intention artistique, hors injonction sociale, affirment la nécessité de la mimêsis, donc, indirectement, de l’art. Rien que cela. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Si Mariana Otero a su filmer Evanne, Amina, Lena, Alyson et Jean-Hugues en voyant à travers eux ce qui nous regarde, c’est parce que son engagement de cinéaste est total. Elle ne capte pas des images de ces enfants pour les constituer en cas, en archétypes, ou pour établir un discours, aussi progressiste soit-il. Dans la relation établie avec eux, Mariana Otero engage ce que signifie pour elle le cinéma, ne cesse de remettre en cause son geste de filmer. Voici une cinéaste pour qui chaque mouvement de caméra est bel et bien, et résolument, une affaire de morale.


À ciel ouvert , Mariana Otero, 1 h 50.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents