Derrière le romantisme du « Printemps arabe »

Second volet de notre rencontre avec Aminata Traoré et Boubacar Boris Diop consacré aux lendemains des révolutions arabes et à l’attitude des puissances occidentales.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À l’occasion de la sortie de leur livre de correspondances, « la gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique », l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop et la femme politique malienne Aminata Traoré nous accordent un entretien.

Voir aussi la 1re partie de l'entretien : Mali, « le sentiment d’avoir été trahis », un an après le début de l’intervention française.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents