Fleurs d’équinoxe

Réédition du premier film en couleur de Ozu.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pour son premier film en couleur, en 1958 – Ozu a tenu à garder le noir et blanc le plus longtemps possible –, l’auteur du Voyage à Tokyo ne s’est pas départi de son genre favori : la chronique familiale. Et de nouveau, dans Fleurs d’équinoxe, qui ressort en version restaurée, s’affrontent les générations, où les tenants de l’ordre ancien, un père libéral pour les autres mais pas pour sa fille à marier, se trouvent contestés par les jeunes adultes avides de suivre l’élan de leurs sentiments. Ruse et cruauté sont au rendez-vous chez ce cinéaste immense, qui filme au ras du tatami comme au ras des émotions.


Fleurs d’équinoxe , Yasujiro Ozu, 1 h 57.

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.