Fleurs d’équinoxe

Réédition du premier film en couleur de Ozu.

Politis  • 23 janvier 2014
Partager :

Pour son premier film en couleur, en 1958 – Ozu a tenu à garder le noir et blanc le plus longtemps possible –, l’auteur du Voyage à Tokyo ne s’est pas départi de son genre favori : la chronique familiale. Et de nouveau, dans Fleurs d’équinoxe, qui ressort en version restaurée, s’affrontent les générations, où les tenants de l’ordre ancien, un père libéral pour les autres mais pas pour sa fille à marier, se trouvent contestés par les jeunes adultes avides de suivre l’élan de leurs sentiments. Ruse et cruauté sont au rendez-vous chez ce cinéaste immense, qui filme au ras du tatami comme au ras des émotions.

**Fleurs d’équinoxe** , Yasujiro Ozu, 1 h 57.
Cinéma
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don