Le fort de Vaujours miné par l’atome

En région parisienne, un ancien site d’expérimentations nucléaires est l’objet d’une bataille entre l’entreprise BPB Placo, qui souhaite en faire une mine à ciel ouvert, et un collectif d’associations, qui affirme que les lieux ont subi une pollution radioactive.

Voilà plus de dix ans que l’avenir du fort de Vaujours, à cheval entre la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis, est sujet à polémique. Aujourd’hui, le collectif Sauvons la Dhuis sonne l’alarme : trop d’incertitudes entourent le site, et la mine de plâtre qui devrait le remplacer constitue un danger. Construit en 1876, le bâtiment a été la propriété du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de 1951 à 1997. L’organisme y réalisait des expériences pyrotechniques pour développer des détonateurs de bombes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.