« Le vent se lève », de Hayao Miyazaki : Tout ce que le ciel permet

Avec Le vent se lève , Hayao Miyazaki signe un film sombre sur l’inconscience d’un grand concepteur d’avions dans les années 1930 au Japon. Il n’est pas interdit d’y percevoir des résonances avec l’époque contemporaine.

Même s’il s’en est défendu, Hayao Miyazaki a pourtant bien signé, avec le Vent se lève, une œuvre aux allures testamentaires. Ce qui ne signifie en rien que le cinéaste japonais soit à l’article de la mort. Il ne manque pas de projets : un manga se déroulant au XVIe siècle, de petits films d’animation et des expositions pour le musée Ghibli, du nom du studio de cinéma d’animation fondé par lui. Mais il était impensable que le père de Totoro et de Princesse Mononoké, ayant déclaré qu’il s’agissait là, à 72…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.