Parutions de la semaine

Politis  • 9 janvier 2014
Partager :

Violences politiques

Europe et Amérique 1960-1979

Ivan Carel, Robert Comeau et Jean-Philippe Warren (dir.), éd. Lux, 336 p., 20 euros.

Guérillas en Amérique latine, Weather Underground, Rote Armee Fraktion (RAF), Brigades rouges, Irish Republican Army (IRA)… Les années 1960 et 1970 furent celles de la « lutte armée » ou, si l’on reprend le langage des États, celles du terrorisme « de gauche ». On sait que celui de droite exista aussi, n’hésitant pas, pour sa part, à recourir aux massacres de masse. Cet ouvrage collectif se penche surtout sur les mécanismes du passage à la violence armée à l’extrême gauche, des deux côtés de l’Atlantique, et les réponses sécuritaires. Il retrace l’histoire de ces groupes, de l’engagement armé au « deuil » de la violence, avec sur ce point une intéressante contribution de l’une des meilleures spécialistes françaises de la question, Isabelle Sommier (Paris-I).

Situations, III

Littérature et engagement (février 1947-avril 1949)

Jean-Paul Sartre, nouvelle édition revue et augmentée par Arlette Elkaïm-Sartre, Gallimard, 466 p., 25 euros.

Arlette Elkaïm-Sartre, fille adoptive du philosophe, poursuit son travail de refonte et de réédition des volumes des Situations, qui regroupent les principaux textes d’interventions, articles, tribunes, préfaces ou essais épars, écrits à partir de 1944. Ce troisième tome est celui du chef de file de l’existentialisme au sommet de sa gloire. Il compte essentiellement l’important essai Qu’est-ce que la littérature ?, qui retrace le rôle très particulier de cet art en France depuis le XVIIe siècle, où Sartre justifie son choix d’une littérature engagée. Mais aussi des textes inédits sur la création d’Israël ou la guerre d’Indochine, toutes deux en gestation.

Le Parti socialiste unifié

Histoire et postérité

Noëlline Castagnez, Laurent Jalabert, Marc Lazar, Gilles Morin et Jean-François Sirinelli (dir.), Presses universitaires de Rennes, 336 p., 18 euros.

Issu d’un colloque qui s’est tenu en novembre 2010 au Centre d’histoire de Sciences Po, cet ouvrage, après diverses publications sur le PSU ces dernières années, est sans doute l’un des plus complets sur ce parti qui marqua profondément la gauche à partir de sa création, en 1960, en particulier durant la fin de la guerre d’Algérie. Les auteurs des nombreuses contributions comptent parmi les meilleurs spécialistes de la « deuxième gauche » et de ses rapports avec les autres formations progressistes, politiques ou syndicales (outre ses coordinateurs, Xavier Vigna, Frank Georgi, Alain Bergounioux, Hélène Hatzfeld…). Et on lira avec un intérêt particulier le dernier chapitre sur la « postérité » des idées du PSU, de l’autogestion à l’écologie politique.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »
Entretien • 25 janvier 2023 abonné·es

« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »

Depuis 2018, la jeune militante Léna Lazare réfléchit aux stratégies pour faire vaciller la politique néolibérale et antiécologique des macronistes. Et s’en prend aux « technosolutionnistes ». Un regard lucide et radical jamais hors sol.
Par Vanina Delmas
Mauvaises filles
Chronique • 25 janvier 2023

Mauvaises filles

L’historienne et féministe Christelle Taraud clame dans cette chronique son amour pour les « filles des champs ou du macadam, filles de fortifs ou de bidonvilles, filles de joie ou bien de peine »… et toutes les autres.
Par Christelle Taraud
Musulmans français, l’ethnicisation par la religion
Sociologie • 25 janvier 2023 abonné·es

Musulmans français, l’ethnicisation par la religion

Sociologue, Marie-Claire Willems s’interroge dans un essai fouillé et rigoureux sur l’identité musulmane dans la société française aujourd’hui. En montrant combien il est complexe de s’en détacher, telle une assignation d’origine ethnique. Et non une croyance religieuse.
Par Olivier Doubre
Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial
Intersections • 20 janvier 2023

Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial

Les catégories « humain » et « animal » n’existent pas a priori mais seulement au terme des processus d’humanisation et d’animalisation des individus. Ne pourrait-on attendre des approches intersectionnelles qu’elles incluent la frontière animal/humain à leur analyse de la structuration inégalitaire de l’ordre social ?
Par Kaoutar Harchi