« Abus de faiblesse » de Catherine Breillat : « Je » est une autre

Catherine Breillat cherche à comprendre comment elle a pu se laisser abuser.

Catherine Breillat, victime d’un AVC qui lui a laissé des séquelles, a été escroquée il y a quelques années par un homme qui lui a soutiré 700 000 euros. Cela, c’est la réalité. Ceux qui viendront voir Abus de faiblesse dans l’espoir d’y apprendre des détails croustillants en seront pour leur frais, et c’est tant mieux. Catherine Breillat a tiré de sa mésaventure un film quasi abstrait, elliptique, ce qui en fait un objet mystérieux. Certains types de scènes sont récurrents, qui en donnent la direction. On…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.