Le monde enchanté de François Hollande

Ne pas comprendre que cette crise est structurelle est une faute politique.

Avec François Hollande, nous sommes dans la pensée magique, celle qui provoque les catastrophes politiques, comme lors des années 1920. Après avoir découvert la croissance performative, où la seule énonciation de celle-ci suffit à sa réalisation, il vient d’inventer la génération spontanée de capital en réhabilitant la loi de Say dans sa conférence de presse du 14 janvier : « L’offre crée sa demande. » Or, une politique conjoncturelle de l’offre, ni d’ailleurs de la demande, ne peut réussir s’il n’existe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents