Nouvelle-Calédonie : Une société minière kanake menacée

L’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités dénoncent un système « à deux vitesses » .

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE) a manifesté, mardi, devant le gouvernement de Nouvelle-Calédonie pour protester contre un redressement fiscal de 42 millions d’euros, exigé de la société minière SMSP gérée par les indépendantistes. Les responsables de l’USTKE dénoncent un système « à deux vitesses » qui privilégie une filiale concurrente détenue par le groupe français Eramet, imposée à 35,4 % contre 65 % pour la SMSP.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.