Nouvelle-Calédonie : Une société minière kanake menacée

L’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités dénoncent un système « à deux vitesses » .

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE) a manifesté, mardi, devant le gouvernement de Nouvelle-Calédonie pour protester contre un redressement fiscal de 42 millions d’euros, exigé de la société minière SMSP gérée par les indépendantistes. Les responsables de l’USTKE dénoncent un système « à deux vitesses » qui privilégie une filiale concurrente détenue par le groupe français Eramet, imposée à 35,4 % contre 65 % pour la SMSP.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.