Quand les villes veulent des champs

De plus en plus de municipalités tentent de maintenir les paysans proches des agglomérations, pour améliorer l’alimentation, favoriser l’emploi local et limiter le bétonnage. Un enjeu électoral.

Patrick Piro  • 20 février 2014 abonné·es

Loos-en-Gohelle, ancienne cité minière du Pas-de-Calais, 7 000 habitants, ses terrils en surplomb et… son agriculture, 800 hectares dédiés à la production intensive de céréales et de betteraves pour l’industrie agroalimentaire. Il y a trois ans, saisissant l’occasion de la cessation d’activité d’un exploitant, la commune signe un protocole pour gérer ses 15 hectares. L’appel à projets stipule que les agriculteurs installés devront convertir les terres en bio. La tension monte : des agriculteurs loosois

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 5 minutes