Claudine Vidal : « Le Rwanda est stable, mais à quel prix ? »

Vingt ans après le génocide tutsi, la sociologue Claudine Vidal fait le point sur la connaissance des événements de 1994 et analyse la situation politique actuelle d’un pays encore fortement marqué.

Le 6 avril 1994, l’avion de Juvénal Habyarimana, président du Rwanda, est abattu non loin de la capitale, Kigali. Dans les heures qui suivent, commence, dans tout le pays, l’élimination des opposants et membres de la minorité tutsie, sous la houlette des autorités hutues. En l’espace de trois mois, 800 000 personnes, majoritairement tutsies, sont assassinées. Vingt ans plus tard, le pays porte encore les stigmates du génocide le plus rapide de l’histoire. Et si la connaissance des faits progresse, de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.