Grenoble, capitale des gauches

La liste d’Éric Piolle, en tête dimanche, se voit concurrencée par celle du PS qui refuse la fusion.

C’est la sidération chez les socialistes grenoblois et leurs alliés. Le dernier sondage donnait la liste de Jérôme Safar à huit points devant celle d’Éric Piolle. Dimanche soir, le dauphin de Michel Destot, maire sortant, s’est retrouvé quatre points derrière (25,3 %, contre 29,4 %). L’écologiste Éric Piolle, à la tête d’une alliance entre Europe Écologie-Les Verts (EELV), le Parti de gauche (PG) et plusieurs mouvements citoyens, s’est retrouvé en position favorable pour diriger une ville de 165 000…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.