Immense Jean Zay (À flux détendu)

Dès l’annonce des panthéonisés, l’extrême droite a obéi à son réflexe pavlovien antisémite.

Il fut radical de gauche, parlementaire sous la IIIe République et ministre du Front populaire, avant d’être le premier condamné politique du régime de Pétain en 1940, assassiné par les miliciens en 1944. François Hollande l’a désigné, avec Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Pierre Brossolette, comme l’un des quatre résistants dont les cendres seront transférées au Panthéon. Mais savait-on que le nom de Jean Zay était encore si sulfureux ? Dès l’annonce des panthéonisés, l’extrême droite,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.