Le PS n’aura pas la banlieue rouge

Dans les villes où le PS présentait un candidat contre le maire sortant PCF, les socialistes ont quasiment fait chou blanc.

En 2014, la bonne vieille union de la gauche au premier tour a vécu. Le PS est parti à la conquête d’une quinzaine de bastions communistes : « Le PC a quelques problèmes devant lui », plastronnait en novembre le socialiste Alain Bergougnoux. Quatre mois plus tard, on se fait plus modeste. Mis à part Vaulx-en-Velin (Rhône), « seule primaire perdue » selon Pierre Laurent – la candidate socialiste y arrive première d’une courte tête –, le PCF a plutôt bien résisté aux assauts du PS. L’ancien bassin minier de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.