Qui veut mettre les biblios à poil ?

Les récentes attaques contre des livres de jeunesse posent la question du rôle des municipalités dans le choix des acquisitions.

Ingrid Merckx  • 13 mars 2014 abonné·es

L’attaque est partie du « Salon beige ». Ce « blog quotidien d’actualité par des laïcs catholiques » , affilié au Printemps français, a publié début février une liste de « bibliothèques idéologiques ». Soit une trentaine d’établissements accusés de faire l’apologie des questions de genre auprès des jeunes lecteurs, en proposant des ouvrages comme Tous à poil ! (Le Rouergue), Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ? (Nathan), Papa porte une robe (Seuil), Tango a deux papas, et pourquoi pas ? (Le Baron perché) ou le Jour du slip (Le Rouergue). Ces titres étaient cités comme faisant partie des références conseillées par le ministère de l’Éducation et relayées par le syndicat enseignant Snuipp. Tous à poil ! n’en ferait pas partie, mais peu importe à ces radicaux : « Une série d’obsédés sexuels et de pédophiles enragés a, à l’évidence, pris le pouvoir au ministère », décrète un commentaire en exergue. Et d’inviter les lecteurs à exiger des bibliothèques qu’elles retirent ces ouvrages.

Mariant la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique culturelle
Temps de lecture : 5 minutes