Tinariwen, des nomades en exil

Privé de ses terres natales, ravagées par un conflit qui mine la région, le groupe touareg du nord-est du Mali a enregistré son dernier album dans le désert californien de Joshua Tree. Rencontre.

Emmaar, « souffle brûlant » en tamachek, est le dernier né de Tinariwen (« les déserts »), seul groupe touareg capable d’inscrire son nom en haut des affiches des plus grands festivals de rock. Et de faire voler en éclats le concept de world music. Les riffs de guitare et le son saturé de leurs premiers albums n’expliquent pas à eux seuls l’amour empreint de respect que leur manifestent les rockeurs du monde entier. « Notre message est fort, agressif, et je comprends que, dans ce sens, il devienne rock…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents