Aveuglement coupable

Beaucoup de nos concitoyens se sont sentis floués. Avec la nomination de Manuel Valls, ils risquent de se sentir agressés.

Denis Sieffert  • 3 avril 2014 abonné·es

Les mauvaises langues diront qu’en nommant Manuel Valls à Matignon, François Hollande n’a fait, finalement, que prendre acte de la victoire de la droite et de la poussée du Front national aux élections municipales. Il ne pouvait tout de même pas nommer Jean-François Copé ! Et le pire, c’est qu’en disant cela, on ne doit pas être très loin des raisons qui ont réellement guidé le président de la République. Car, sans préjuger le Premier ministre que sera Manuel Valls, la symbolique droitière ne peut évidemment échapper à personne. Après avoir été raillé pour sa faiblesse, son indécision, et parfois sa confusion, François Hollande appelle « Monsieur Muscle » à la rescousse. Mais il commet peut-être deux erreurs. Psychologique, d’abord, parce qu’il semble déléguer

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes