Des risques « considérables »

Le deuxième volet du cinquième rapport du Giec met l’accent sur l’impact du réchauffement sur la pêche, l’agriculture et la biodiversité.

Soit on change, soit on va dans le mur. Le dernier rapport du groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (Giec) présente deux scénarios : celui de l’inaction et celui « des opportunités à saisir pour gérer les risques liés au changement climatiques et opérer des changements pour des sociétés plus résilientes et capables d’adaptation […], ouvrant des bénéfices en matière de santé et de création d’emplois », a déclaré Christina Figueres, responsable climat de l’ONU. Après un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents