Fin de la trêve hivernale

Depuis le 1er avril, 40 000 à 45 000 familles sont menacées d’expulsion

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis le 1er avril, 40 000 à 45 000 familles sont menacées d’expulsion pour impayés de loyer. Et les 16 000 places d’hébergement ouvertes cet hiver vont fermer. La loi Alur, votée le 19 février, doit renforcer la prévention des expulsions, encadrer les loyers, mettre en place une garantie universelle des loyers et rend passible de prison les demandeurs d’expulsions illégales. Pour l’heure, les associations s’alarment de l’engorgement du 115 et réclament un moratoire sur les coupures d’énergie et les expulsions sans relogement.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents