La gauche du PS se rebelle

Une quarantaine de députés menacent de ne pas voter la confiance au gouvernement Valls.

Attendre de voir, encore. Lundi soir, à l’annonce de l’arrivée de Manuel Valls à Matignon, la gauche du PS s’est mordu les lèvres. Ne pas hausser le ton trop vite, trop fort. Ne pas surréagir. Par crainte d’allumer la mèche d’une crise politique incontrôlable ? À quelques semaines des européennes, et alors que les animateurs des deux principaux courants de « l’aile gauche » sont en position éligible, ce n’est certes pas le moment idéal pour déclencher les hostilités. Alors, lundi, dans les rangs…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents