La politique du pire

Avec Valls, la transition écologique est définitivement enterrée.

François Hollande a démontré à nouveau toute son inconsistance politique en nommant Manuel Valls à Matignon en réponse à l’insurrection abstentionniste d’un électorat de gauche exaspéré par une politique droitière. Mais son discours annonçant cette nomination bat un autre record, celui de l’inconsistance économique. On connaissait déjà le « pacte de compétitivité », dont les 30 milliards d’euros donnés au patronat ne s’accompagnent que de vagues promesses non chiffrées du Medef concernant d’hypothétiques «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents