La RTT, c’est possible tout de suite !

Le passage aux 32 heures permettrait de diminuer rapidement le chômage. Au moins de moitié.

Olivier Doubre  • 3 avril 2014 abonné·es

Vendredi 28 mars, dans la « Matinale » de France Inter, le keynésien Bernard Maris soulignait, dans son débat hebdomadaire avec son collègue néolibéral des Échos Dominique Seux, que la seule mesure contre le chômage de masse pour laquelle l’exécutif n’a pas besoin de l’assentiment de Bruxelles est la réduction du temps de travail. Même s’il n’osait l’envisager (prudemment) qu’avec une sensible diminution des salaires.

On doit saluer le fait qu’un économiste considéré comme progressiste se prenne à se souvenir de cette vieille idée, qui appartient pourtant au code génétique et historique de la gauche, quand les principaux acteurs du « camp du progrès » semblent depuis

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
L'aveuglement
Temps de lecture : 4 minutes