Michel Warschawski : Après l’échec de Kerry, l’heure est au boycott

La société civile doit se mobiliser pour pallier l’incapacité de la communauté internationale à imposer à Israël le respect du droit.

Pendant quelques jours, j’y ai cru. Sinon, comment expliquer l’obstination du secrétaire d’État américain, John Kerry, et sa bonne dizaine d’allers-retours entre Washington et Tel-Aviv ? Tout semblait cette fois indiquer que l’administration américaine avait vraiment l’intention de faire bouger les choses au Proche-Orient. Et de désembourber les négociations entre Israéliens et Palestiniens. Faire bouger les choses, à savoir mettre toute la pression nécessaire sur un gouvernement israélien qui refuse même…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents