Pour réhabiliter la folie

Le journaliste Patrick Coupechoux dénonce la dérive conservatrice
de la notion de « santé mentale »

La folie a disparu. Le mot est banni. On dit schizophrénie, maladie mentale, handicap… Le fou n’est pas officiellement mis à l’index – sauf par Nicolas Sarkozy en 2008 –, mais il est considéré comme atteint d’un mal qui n’appartient qu’à lui. La société n’est pas concernée. « Ce qui nous exonère de nous interroger sur le regard que l’on porte sur la folie. Le fou n’existe plus, noyé dans la masse des personnes en souffrance », déplore Patrick Coupechoux dans Un homme comme vous, exploration critique des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents