Complexités ukrainiennes

Le coup de génie de Poutine a consisté à rejouer la Deuxième Guerre mondiale : résistance soviétique contre nazisme.

On connaît le mot de Rudyard Kipling : « La première victime de la guerre, c’est la vérité. » Et c’est peu dire que le conflit ukrainien – qui n’est pas encore la guerre, ni même tout à fait la guerre civile – n’échappe pas à la règle. Nous n’y pouvons pas grand-chose, tant les logiques en mouvement nous écrasent. Mais ce que nous pouvons au moins, c’est ne pas relayer la propagande dans nos contrées. Car le regard que nous portons sur ces événements en dit long sur notre propre rapport avec la vérité et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents