Complexités ukrainiennes

Le coup de génie de Poutine a consisté à rejouer la Deuxième Guerre mondiale : résistance soviétique contre nazisme.

Denis Sieffert  • 8 mai 2014 abonné·es

On connaît le mot de Rudyard Kipling : « La première victime de la guerre, c’est la vérité. » Et c’est peu dire que le conflit ukrainien – qui n’est pas encore la guerre, ni même tout à fait la guerre civile – n’échappe pas à la règle. Nous n’y pouvons pas grand-chose, tant les logiques en mouvement nous écrasent. Mais ce que nous pouvons au moins, c’est ne pas relayer la propagande dans nos contrées. Car le regard que nous portons sur ces

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes