Dossier : Pauvre culture !

Coupes budgétaires, État en retrait, intermittents… Pauvre culture !

La politique culturelle du Président, personnellement démuni en la matière, semble exister par défaut, alors même qu’Aurélie Filippetti avalise sans barguigner les baisses de crédit qu’enregistre son ministère.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« La culture n’est pas un supplément d’âme ! », affirme-t-on habituellement pour défendre la place que celle-ci devrait occuper dans la vie de chacun et, donc, dans les projets politiques. Mais cette affirmation a-t-elle encore un sens quand l’on en vient à se demander si la notion d’âme peut concerner la politique menée aujourd’hui, qui ne ressemble plus qu’à une vaste entreprise comptable à direction libérale ? En « déficit » de charisme, pour parler comme un homme politique, François Hollande l’est particulièrement sur la culture. La politique culturelle du Président, personnellement démuni en la matière, semble exister par défaut, alors même qu’Aurélie Filippetti avalise sans barguigner les baisses de crédit qu’enregistre son ministère de la Culture depuis 2012, loin désormais du 1 % symbolique. La cure d’austérité programmée, exigée de l’État et des collectivités locales par le gouvernement Valls, n’améliorera pas la situation d’une culture anémiée. Et considérer que la solution résiderait dans le recours à l’argent privé est un leurre. Dès lors, on ne peut s’étonner que les dossiers en souffrance s’accumulent : les intermittents, le numérique, l’éducation artistique… Même la loi « création » tant annoncée, et dont on ne connaît encore précisément le contenu, a du retard. Tandis que l’exception culturelle reste fragile dans la perspective du marché transatlantique. Au manque de moyens s’ajoute un « manque de désir et d’idées », déplore dans ces pages le metteur en scène Jean-Pierre Vincent. Pauvre culture !


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.