Crédit Suisse : Petits arrangements entre amis

Les États-Unis poursuivent la banque pour avoir incité ses contribuables à l’évasion fiscale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Poursuivi au pénal par les États-Unis pour avoir incité ses contribuables à l’évasion fiscale (22 000 comptes représentant 4 000 milliards de dollars ouverts en Suisse pour des clients américains !), le Crédit Suisse a préféré le « plaider-coupable » au retentissant procès. L’amende, de 2,6 milliards de dollars, est inédite. Un tiers revenant au fisc américain et 1,8 milliard au Département de la Justice. En échange, la banque ne se verra pas retirer sa licence qui l’autorise à exercer sur le sol américain. Prochaine banque européenne sur la liste : la BNP, accusée d’avoir traité avec des pays sous embargo aux États-Unis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents