Des mesures pour la diversité

Des pistes existent pour rentabiliser les films d’art et d’essai. Mariano Otero formule ici des propositions concrètes.

Ancienne présidente de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid), Mariana Otero est une réalisatrice très attentive à l’économie du cinéma. Pourquoi avoir ressenti la nécessité d’écrire ce texte ? Mariana Otero : Parce qu’on manque d’une analyse précise sur la sous-exploitation. Or, cela concerne de très nombreux films, tous ceux que l’on désigne habituellement comme les films d’art et d’essai fragiles économiquement. Il faut savoir que 45 % des films qui sortent enregistrent moins de 20…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.