Grèce : « L’heure du peuple et de Syriza est arrivée »

Pour imposer son parti, Alexis Tsipras, candidat dimanche à un triple scrutin, a dû non seulement batailler à droite mais aussi rassurer son aile gauche. Correspondance à Athènes, Angélique Kourounis.

«Si Syriza fait peur aujourd’hui, c’est que, pour la première fois de son histoire, la gauche, la vraie, semble prête à prendre le pouvoir. » Irini Kondaridou, 38 ans, professeure de lettres et candidate aux élections municipales avec Antarsya, une formation d’extrême gauche qui a elle aussi le vent en poupe, se montre cependant critique. Car « être prêt à prendre le pouvoir », pour elle, ça veut dire aussi être prêt à faire des concessions. C’est la raison pour laquelle Irini ne votera pas Syriza à ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents