L’art contemporain repeint à l’humour belge

Surréaliste et vache, Brecht Vandenbroucke concentre ses tirs sur le « White Cube », cet accessoire convenu des expositions chics.

White Cube est une bande dessinée saturée de couleurs. Brecht Vandenbroucke mène ici sa première attaque contre le bon goût artistique et son symbole : le cube blanc. Cette expression anglophone désigne l’espace, blanc donc, qui accueille les œuvres dans les musées, les galeries. D’abord révolution contre l’accrochage « en tas », voire en tapisserie, des académies du XIXe siècle, l’épure est depuis devenue le cadre convenu, invisible, des expositions. Entre-temps, le White Cube a été utilisé, observé,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.