Le nouveau combat des réfugiés syriens

À Saint-Ouen (93), des familles en attente d’un statut de réfugié sont confrontées à l’administration française.

Depuis plusieurs semaines, des dizaines de familles syriennes se réunissaient chaque jour dans le parc municipal Édouard-Vaillant, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Le 22 avril, les portes ont été cadenassées sur ordre du maire, et désormais les familles se rassemblent sur le parking devant le jardin. Certains sont originaires d’Idlib, d’autres de Baniyas, mais la plupart ont fui Homs, à l’ouest du pays, sous les bombardements de l’armée de Bachar al-Assad en 2012. Darek, lui, vient de Lattaquié, le fief…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.