Les raisons de rejeter le plan Valls

Pilier du programme de stabilité présenté à Bruxelles, le plan de 50 milliards d’euros d’économies annoncé par le Premier ministre se heurte à plusieurs écueils. Décryptage.

Le gouvernement a transmis à la Commission européenne le programme de stabilité et le programme national de réforme pour les années 2014 à 2017 (voir ci-contre). Il contient un plan d’économies de 50 milliards d’euros sur les dépenses publiques concentré sur trois ans, entre 2015 et 2017. Voici quatre arguments qui le mettent en cause. Une reprise plombée Michel Sapin, ministre des Finances, a confirmé qu’il voulait ramener le déficit public de la France à 3,8 % de son produit intérieur brut en 2014, 3 %…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.