Une nouvelle droite modérée

Nous sommes dans le monde d’Aquilino Morelle, où les allocataires du RSA et les retraités les plus modestes ne sont que des ombres.

Il faut se faire une raison : nous avons un gouvernement de droite. De droite modérée – il y a toujours pire –, mais de droite quand même. Un gouvernement issu d’un vote de gauche, et qui s’appuie sur un groupe parlementaire qui vit dans sa chair cette insupportable contradiction. C’est la conclusion que l’on peut tirer de cette folle semaine qui a conduit au vote laborieux du programme de stabilité par l’Assemblée nationale. Qu’est-ce qui autorise une aussi brutale affirmation, et sans doute injuste pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.