Violences conjugales : Des féministes dénoncent la nouvelle loi « famille »

Elle ne disposerait pas d’assez de garde-fous protégeant les femmes et les enfants victimes de violences.

Politis  • 15 mai 2014
Partager :

Dans un manifeste, vingt associations féministes critiquent la nouvelle proposition de loi sur la famille, en débat à l’Assemblée nationale le 19 mai. Ce texte réaffirme l’exercice conjoint de l’autorité parentale en cas de séparation. Mais, selon les associations, il ne disposerait pas d’assez de garde-fous protégeant les femmes et les enfants victimes de violences. Car si le texte précise que cette règle de l’autorité partagée ne s’applique pas en cas de violences condamnées d’un des conjoints, il ne prend pas en compte les violences « avérées » (certificats médicaux, témoignages…). Or, sur les 201 000 cas de violences conjugales constatés chaque année, les condamnations sont plutôt rares.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don