Arno : « L’art a besoin d’une révolte »

Après la parution d’un coffret revenant sur l’essentiel de sa carrière, Arno veut aborder des horizons musicaux inédits.

Parce que ses chansons passent à la radio et que son phrasé tellement particulier nous est depuis longtemps familier (son premier album solo date de 1986), on croit connaître Arno. Mais, en réalité, « le chanteur de charme raté », comme il se décrit, n’est pas si facilement cernable. Essentiel, coffret récapitulatif de sa carrière, le prouve encore une fois. Arno dit en avoir seulement regardé les pochettes : « C’est assez pour se remémorer certains trucs. » S’il paraît plutôt dubitatif face à cette…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents