Cancer : La France malade du déni

Des chercheurs alertent sur l’épidémie de cancers hormonaux-dépendants, tandis que les pouvoirs publics font la sourde oreille.

La France détient un record des plus inquiétants : selon des données publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle est le premier pays au monde pour les cancers hormono-dépendants (sein et prostate) et les cancers masculins, devant l’Australie, la Norvège et la Belgique 1. Le 17 juin, André Cicolella, président du Réseau environnement santé (RES) et chercheur à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris), dressait un bilan chiffré de l’incidence, de la mortalité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents