Dossier : Peut-on encore aimer le foot ?

Détestable ? Oui, et pourtant...

L’affaire de l’attribution de la Coupe du monde au Qatar montre combien le business l’emporte sur les préoccupations sportives.

Tout commence par un dîner discret à l’Élysée, le 23 novembre 2010. Un dîner dont France Football révélera l’existence dans son édition du 29 janvier 2013, soit deux ans plus tard. Autour de la table, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, Michel Platini, président de l’UEFA, Sébastien Bazin, l’un des dirigeants du fonds d’investissement Colony Capital, propriétaire du PSG, et, last but not least, Hamad ben Khalifa al-Thani, émir du Qatar, accompagné de son Premier ministre. Particularité : le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents